La représentativité des études : au coeur de nos préoccupations

Février 2021

Est-ce que les résultats qui sont présentés dans cette étude sont vraiment représentatifs de ce qui se passe dans nos entreprises?

Chaque année, je me fais poser cette fameuse question lorsque vient le temps de déposer une étude de coûts de production. Vous pourriez penser que je suis tanné d’entendre cette question… Détrompez-vous! Au contraire! Et si j’étais vous, je n’hésiterais pas à la poser.

Dans les faits, je me pose moi-même toujours cette question quand on me présente des résultats. Tous ces beaux tableaux et graphiques qui vous sont présentés ne valent pas grand-chose si les processus qui ont conduit à la production des résultats qui y sont inclus ne sont pas représentatifs. La représentativité est en effet un des éléments déterminants de la qualité d’un résultat. En définition, un échantillon est dit représentatif quand il représente la population le plus fidèlement possible par ses caractéristiques et sa quantité. Bon un peu théorique comme concept!

En réalité, pour être représentative une étude doit référer à quelques éléments clés :

1. Une bonne compréhension de la population dans son ensemble… De la Gaspésie à l’Abitibi. Nombre, taille, types de productions, caractéristiques générales, etc.

2. Dans la mesure où nous souhaitons refléter les entreprises spécialisées dans un secteur, on doit circonscrire notre population afin de ne retenir que celles qui correspondent à un ou plusieurs critères de spécialisation. Le producteur de lait avec quelques vaches à bœuf : Ce n’est pas toi qui es visé dans l’étude Veaux d’embouche.

3. À partir de cette population qui est visée, un sous-groupe d’entreprises est sélectionné pour faire partie de l’échantillon. Deux approches peuvent être retenues pour la sélection:

  • Échantillonnage aléatoire : on pige au hasard dans l’ensemble de la population;
  • Recensement : toutes les entreprises de la population sont retenues.

De manière générale, plus le nombre d’entreprises dans la population est élevé, plus nous opterons pour la première approche. Si la population ne regroupe que quelques entreprises, le recensement est la voie à utiliser.

Un exemple

À titre d’exemple, voici comment ont été choisis les échantillons dans les secteurs Veaux d’embouche pour l’étude de coûts de production 2020.

La population totale correspond aux entreprises inscrites à l’ASRA, soit 2 163 entreprises avec un total de 130 000 vaches. Quant à la population spécialisée, voici les 4 critères qui qualifient les entreprises s’y retrouvant:

  • Entreprises de 50 vaches et plus qui commercialisent leurs veaux vivants
  • 50% revenus entreprises sont agricoles
  • 50% revenus agricoles proviennent du veau d’embouche
  • Production stable

Ainsi, c’est 636 entreprises pour un total de 74 000 vaches qui font partie de la population spécialisée. De cette population seront choisies aléatoirement 70 entreprises.

Comme vous le constatez, c’est un sous-groupe d’entreprises dites spécialisées qui sont initialement retenues dans la population. C’est à l’intérieur de celui-ci qu’un échantillon représentatif est sélectionné.

Collaboration avec l’Institut de la statistique du Québec

Depuis quelques années, le CECPA travaille en collaboration avec l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans la détermination des échantillons. À la fin d’une étude, un vérificateur externe à l’organisation vient s’assurer que l’étude répond à l’entièreté des méthodologies, dont celles relatives à la sélection de l’échantillon. Le tout afin d’offrir aux utilisateurs de l’information que nous produisons un fort niveau de confiance.

Alors… la prochaine fois que vous regarderez des chiffres, soyez très à l’aise de demander s’ils sont représentatifs!

Par Francis Goulet